Archive for the ‘Patriotisme’ Category

Un Museo de la Nación qui porte trop bien son nom

avril 22, 2007

Crée en 1988, le Musée de la Nation est hébergé dans un grand et laid édifice construit dans les années 1980 en forme de ministère de la Peche (photo, et plus d’histoire de l’insititution). Cette « mémoire » à écailles est discrètement préservée dans un bassin à poissons de la cour intérieure. Elle est en fait bien vivante à chaque instant tant – au dire de deux étudiantes (« Tourisme » à San Martin de Porres, « Art » à San Marcos) postulantes à des emplois de guide – le bâtiment est complètement inadéquat à sa nouvelle fonction patrimoniale. Extérieurement, la chose me fait penser au courant dit futuriste qui a notamment produit dans les seventies l’étonnante et bunker-like bibliothèque universitaire de Toronto. Et, par rebonds, je ne peux m’empêcher de penser que le ministère péruvien de la peche des 1980’s est aussi un ministère du « joder a los Chilenos » – ce que me refusent obstinément les plus informés de mes amis. A l’intérieur, de nombreuses parois en béton brut de décoffrage et quelques passerelles évoquent les ignobles griseries et starwarseries de l’accès au Rez-de-Jardin du site Tolbiac de la BnF – avec, paradoxe considérable pour qui connait les villes latino-américaines, nettement moins de paramilitaires qu’au quai Mauriac.

C’est un excellent musée, je le dis tout de suite, avant de formuler les critiques annoncées. Sa principale qualité est d’être très divers dans sa conception. Muséographie anglo-saxonne avec des reproductions un peu factices de huttes et autre tombe du Seigneur de Sipan. Muséographie rigoureuse classique avec des données sérieuses sur l’histoire des fouilles archéologiques – voir par exemple la reconstitution en hauteur d’une coupe de fouille, avec les poteries dans leur ordre de profondeur. Deux parcours sont possibles, avec une section organisée par « civilisations » (et, il est vrai, de la confusion dans la suite) et une autre (plus courte, au dernier étage où il fait trop chaud) centrée sur un site, celui de Pachacamac, qui a été successivement marqué par la présence de différentes cultures. Une approche « artistique » (façon Musée des arts primitifs; je précise que pour qui vient de l’horizon des « sciences sociales », et spécialement pour les historiens, il est aussi difficile d’adhérer au concept d' »art primitif », d' »art inca », etc, qu’à celui d' »art médiéval »… – pour une fois, je sais de quoi je parle) cotoie une approche plus scientifique (anthropologique, culturelle, économique…). Les pièces sont bien exposées, il y a de la place, et des bancs pour s’asseoir. La boutique et la librairie sont disponibles sans être agressives. Il y a des tarifs réduits pour les étudiants. Les activités culturelles sont nombreuses.

J’en viens au titre de ce billet. Avec deux photos (excusez la piètre qualité de l’image) qui se passent de trop longs commentaires. 

Hommage à l’Ancien Pérou !

Un expert péruvien de plus de 5000 ans ! 

« Ce musée est un hommage à la créativité, à l’art et à la science de ceux qui forgèrent le Pérou Ancien. » Et on enfonce le clou avec l’enclume: « Antécédents céramiques. Il y a plus de 5000 ans, un expert péruvien fit les premières sculptures du continent américain, que l’on connaisse. Ces pièces sont le témoignage du talent de nos créateurs et de l’ancienneté de notre culture. » Autant vous dire, chers amis visiteurs, que Gérardo, sympathique Giacometti préhistorique qui se balladait vers 3000 avant JC dans ce qui était déjà depuis deux millénaires le pays des lamas, 1) a fait Centrale et les Beaux-Arts, 2) tout comme l’Université de San Marcos est un « doyen », puisque les nations voisines se sont mis à l’art abstrait APRES (du moins, « que l’on sâche »), 3) était membre de l’Institut National de Culture. Le visiteur, en réalité, ne saura pas trop ce que Gerardo faisait avec ses caillous. De mon coté, j’ai une hypothèse: il les lançait sur les Chiliens. La Révolution néolithique n’est pas ce qu’on croit.

Les deux écrits ici reproduits se situent au tout début de la visite (respectivement à l’entrée du parcours, et dans la troisième salle; entre les deux, une salle contient essentiellement des photos de paysages idylliques). Ils sont en quelque sorte la façade idéologique du musée, ce qui implique deux observations contradictoires. D’une part, comme façade, elle est égide et discours poltiques: c’est que le Musée de la Nation crie sur la place publique péruvienne – et étant donné que celle-ci est une foire, on ne s’étonne pas qu’il dise des bêtises (car, redisons-le, IL N’Y AVAIT PAS D’EXPERT PERUVIEN IL Y A 5000 ANS, pas plus qu’il n’y avait d’expert français ou belge, ou chilien, et la notion d’hommage à l’ANTIGUO PERU équivaut au culte, aujourd’hui un peu dépassé, de Vercingétorix). D’autre part, elle n’est que la façade, et ce qu’elle recouvre ne lui correspond pas nécessairement. Ici, on peut même voir une forte opposition spatiale entre le niveau scientifique le plus bas (la façade) et celui le plus haut (la partie consacrée à Pachacamac, tout en haut, au dernier étage, au fond à droite, dans un couloir plus étroit, avec plus de textes, là où, je le redis, il fait trop chaud)[1].

Est-il choquant que le Musée de la nation produise un discours nationaliste, mette en avant le passé préhispanique, jette un coup de projo sur les « racines » andines du pays etc ? Le musée, au contraire, ne participe-t-il pas au projet de réconciliation nationale ? Mon point de vue: on peut envisager qu’un musée national s’adonne à tout cela (comme en passant), que cette activité soit le coût médiatico-politique de son existence, mais à condition que ne soient pas transgressées à ce point les règles du sérieux scientifique. En outre, en disant des âneries, ne risque-t-on pas plus de produire des ânes que des Jorge Basadre ? Une précision: je ne vois pas ici de différence structurelle avec les compromissions de nos institutions culturelles françaises; seulement leurs effets sont ici moins limités, plus grossiers.

J’invite mes amis intéressés par ces problématiques à visiter le site web de l’Instituto Nacional de Cultura, dont dépend le Museo. On y découvre que la notion de patrimoine y est aussi inflationniste et confuse qu’en France. « Patrimonio » s’y décline en  culturel, naturel, et vivant (avec notamment « nos langues », « une table diversifiée », « fêtes populaires, milénarisme contemporain », « des mains créatives en art populaire », « sons et rythmes péruviens »).


[1] Cela sent fort la juxtaposition de corps professionnels. Le poste de directeur du Museo est un poste politique, comme celui de la BnF, de Beaubourg, etc. Le Museo a aussi des conservateurs. Deux visions, deux cultures, deux discours qu’en fin de compte on retrouve dans de nombreuses institutions culturelles publiques de par le monde…

Image: pharmacies et orgueil national

mars 26, 2007

Pharmacie et patriotisme (2)Pharmacie et patriotisme ()

Deux chaînes de boutiques pharmaceutiques produisent une communication sur le thème de l’appartenance nationale.